Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Résultats de 1 à 5 sur 11
  1. #1
    Nouveau membre Avatar de philkaloula
    Inscrit
    octobre 2010
    Messages
    49
    Merci / J'aime
    Téléchargement
    0
    Cité(e)
    0 Post(s)
    Badgé(e)
    0 Sujet(s)

    Transall 2.70m Construction mousse et dépron

    Bonjour à tous.

    Il est temps de passer aux choses sérieuses!

    Le dépron a prouvé tout son potentiel. On va le pousser dans ses retranchements.

    Sujet du jour: Le célèbre avion de transport militaire Franco-allemand Transall C160

    C'est un sujet long et assez technique qui ne s'adresse pas aux débutants ni pour la construction, ni pour le pilotage.

    Le 3 vues sera agrandi 14 fois pour atteindre 2.7m d'envergure

    L'objectif est d'obtenir un avion électrique de 8kg max en ordre de vol. Incomparable en rapport aux Transall thermiques de 3m qui pèsent plus de 20kg avec des DLE30cm3.

    Le maître couple est tracé. C'est gros.


    La structure sera construite dans du dépron mixte 6mm et 9mm

    Cette pièce sera mon gabarit qui va me suivre pendant toute la construction de fuselage et sur laquelle je vais noter tout mes alignements.

    Elle va être reproduite plusieurs fois car la forme du fuseau est linéaire.

    Vient ensuite le montage des raidisseurs inter cadre.


    Evidemment, un parfait équerrage est indispensable.

    Les deux 1er cadres sont ensuite assemblés. Ils seront évidés après la pose de la surface du fuselage pour des raisons de rigidité.

    Il suffit d'enrouler la peau autour de ces deux cadres en faisant attention aux alignements. Attention, le depron 6mm ne se laisse travailler que dans un sens!



    Je procède en 2 étapes car la largeur de la feuille de dépron ne permet pas le tour complet.



    Voilà le 1er tronçon.

    Il sera évidé maintenant.

    Idem pour un 2eme tronçon qui sera assemblé à la suite du 1er.

    Un renfort intérieur sera mis en place pour assurer la liaison.

    Le 3eme tronçon sera la cloison du poste de pilotage où se trouve l'escalier d'accès au poste.

    Le plancher du poste est plus haut que le plancher de soute.

    La construction du nez est très traditionnelle. Les cadres sont en 9mm et la peau en 6mm

    l'encadrement du pare brise est réalisé en baguette de peuplié 5x5



    Le stab fait 1 m Taillé d'une seule pièce pour l'intrados en 9mm plat.

    Un baguette carbone et deux longerons en bois assureront la rigidité.

    L'extrados en 6mm est posé ensuite.

    Le tout bien poncé doit permettre la mise en place de volet en 9mm en 1 pièce.

    L'alimentation du strobe arrière est passée

    La dérive est constituée de deux faces en 9mm avec un longeron de type bois rond 8mm

    Elle sera mise en place sur le stab via un collage classique à chaud.


    Le longeron de la dérive doit correspondre au BA du stab.

    Le tronçon d'aile central en construction classique est rectangulaire. Tout les profils sont identiques.


    Les extérieurs et celui central sont en CTP car ils reprennent les efforts des longerons d'aile

    Profil retenu: Clark Y

    Les nacelles sont réalisées à ce stade

    Pour l’échappement des turbo-props, un tube d’électricien fait parfaitement l'affaire.



    Revenons au fuseau, (et oui, cet avion est construit via plusieurs chantiers en parallèle)

    La déco du cockpit est mise en place.



    Puis le toit est provisoirement refermé.

    La sous face du plancher cabine va recevoir le train avant.

    Fixé sur un large CTP qui va répartir la charge, tout l'ensemble directionnel du train est collé à chaud.



    Puis la structure est terminée par dessus.



    et enfin coffrée.

    Le nez, en bloc de mousse à poncer.



    On passe à la partie la plus sensible de cette construction: Assemblage du plan fixe au fuseau.

    Le dessus arrière du fuseau n'est pas aligné sur le tronçon principal. Il faut en tenir compte pour le collage de la dorsale de queue.

    Le pyramidage de l'ensemble est assuré par 2 longerons en CTP aviation de 8mm d'épaisseur et taillés légèrement courbés.


    Durant cette phase d'assemblage critique, il faut veiller à plusieurs point fondamentaux:

    Équerrage de 2 degrés du cadre de liaison avec le fuseau

    Mise au niveau du plan fixe et du cadre de liaison.

    Incidence positive du plan fixe 1 degré

    Parfait alignement de la dorsale de queue avec la dérive.

    (si l'un de ces points à surveiller fait défaut, l'avion sera soit tordu, soit ne volera pas bien) soit les deux ;-))

    Les cadres intermédiaires sont ensuite posés.

    puis les liaisons intercadres...

    On peut alors vérifier le parfait alignement des éléments.



    La queue est alors collée provisoirement l'aide de quelques points à chaud pour terminer sont montage.


    Deux arrêtes de support de trappe de soute sont mises en place.

    puis vient le coffrage final.

    Voilà la bête finie....


    Sauf que les puristes auront remarqué un gros problème. J'ai juste fait une erreur de projection du couple de jonction entre la vue de profil et la vue de dessus (1cm sur le plan = 14cm de trop sur le fuseau...)

    Aucun soucis, de toute façon il est prévu de des-assembler tout le fuselage dans les étapes suivantes. J'en profiterai pour le raccourcir un peu....

    La vue à l'embarquement est saisissante. Ceux qui connaissent comprendront.





    Il est temps maintenant de des-assemblée la queue qui doit être parfaitement rigide. On peut également peindre l'intérieur maintenant.



    Il va maintenant falloir poser les cadres de liaison "train principal/aile)


    Pour ce faire, je rajoute à mon gabarit d'origine une petite section qui correspond au profils des puits de trains.

    Le tout est découpé dans un CTP de 6mm 2 fois. Un tronçon de puits de trains est également taillé dans la mousse pour voir. On peut se lancer dans ce concept léger et résistant.

    Les cadres de liaisons (section extérieure du fuseau) reçoivent de chaque coté un cadre en dépron de 9mm (section intérieure du fuseau) pour assurer un bon collage.

    Une vérification de la section est faite sur la seule ouverture que j'ai de disponible pour l'instant, soit l'arrière du fuseau.

    Il ne faut aucun jeu dans le montage.



    Il va être maintenant temps de découper le fuseau aux points précis où s'appliquent les efforts des trains et des longerons d'aile.

    Et voilà le travail!

    ça calme, je vous le garanti!

    Mais bon, c'était prévu comme ça...

    Attention à nouveau au parfait équerrage du montage.

    Tout doit être aligné au niveau à bulle





    Voilà un fuselage qui reprend vie!

    La parfaite jonction sera faite à la colle blanche et assurée avec une charge de pression de .... 10 kg. Et oui, ça resiste!



    Il n'y a plus qu'à recoller définitivement cette fois la queue.

    L’alignement est évidement très important.

    Un petit morceau de structure est à faire en avant de la trappe de soute.

    Les deux trappes sont directement faite en mousse.

    Taillée et poncée.



    Un mastic epoxy est posé aux endroits les plus sensibles.



    Cette "énorme" cellule ne pèse que 2 kg pour l'instant...

    Place à l'entoilage en tissus de verre 25g/m2 et pose de raidisseurs carbone sur toute la longueur. Pour une meilleur visibilité, je teint ma résine en bleu.

    Les surfaces planes sont tendues via des pinces à linge.



    Dessous et dessus.



    Je profite pour faire l'intrados de la partie centrale de l'aile.


    Je sais déjà que ce chantier de construction de l'aile n'aura rien de traditionnel.

    Et aujourd'hui, je viens de recevoir mes hélices, mes roues et mes cônes.



    Pour le train principal (fixe) rien de bien compliqué. D'anciens bâtis moteurs de moteurs thermique coupés en deux et insérés dans une platine en CTP feront l'affaire.





    Franchement, cette vue là me renvoie à de très vieux souvenirs....

    ET là, quel bonheur de voir enfin ces deux grosses batteuses de la taille du diamètre de la cellule...!

    Moteurs compris, c'est quand même 1 kg pour les deux GMP

    L'habillage des caissons de puits de trains peut commencer.

    Rien de compliqué.... C'est du LEGO!





    Un petit coup d'enduit, avant entoilage,

    et peinture des trappes techniques.

    On est pas mal.

    Les trappes de trains sont formées à chaud.

    Entoilage au tissus de verre, et peinture des trappes.

    C'est maintenant que l'on découpe le deux trappes d'embarquement ou de largage. La première,

    Et la deuxième.


    Les 2 moteurs sont installés et les capots réalisés simplement


    Une entrée d'air généreuse permettra le refroidissement le moteur.



    L'air passera par le trou des câbles et sortira par la tuyère.

    Les deux nacelles sont prêtes.

    Un test peinture est réalisé à l'acrylique posé au rouleau fin.

    Le rendu est bon au séchage.

    La peinture couvre bien en 1 couche.

    Les roues et trappes sont posées.



    Et après ponçage, peinture.

    L'ensemble est bien cohérent.

    Le chantier aile peut commencer!


    Il est nécessaire de construire au niveau un bâti spécifique en CTP qui alignera parfaitement l'intrados du tronçon central avec le reste de la cellule.

    Il devra être resistant pour recevoir les lests de séchage.

    Une trouée est réalisée de façon à recevoir sans effort l'intrados du tronçon.

    Le tronçon central à déjà été résiné et renforcé.


    Deux saignées sont coupées pour recevoir les cadres de structure qui sortent du fuseau.

    L'alignement doit être parfait. La moindre erreur sera irréversible.

    Les longerons inférieurs en peuplier solidarisent l'ensemble.

    Puis vient le tour du fourreau de clé d'aile en tube carbone de 14*3 de section intérieure.

    Puis les nervures sont posées ainsi que la deuxième clé de centrage du profil.



    Le faisceau électrique doit être passé maintenant avant fermeture de l'extrados.

    Je sépare la puissance des commandes.

    En soute, rien ne doit dépasser car le plancher de soute va y être inséré.



    Les couleurs définitives de la livrée 1978 sont mises en place...

    L'entrée béante de la soute est impressionnante et vraiment réaliste.

    L'engin commence à en imposer.

    Voilà l'encombrement final!

    Le faisceau est verrouillé à l'aide de petits rilsans.



    L'extrados est d'abord fixé par le BA au moyen de colle à chaud.



    Deux "cravates" carbone sont mise en place à la liaison saumon/emplanture pour cause d'effort vertical de la clé d'aile .
    L'ensemble est refermé et solidarisé à la colle blanche laissant le temps de recaler parfaitement le montage.


    Le pressage est effectué à l'aide de 9 masse de 5kg soit.... 45 kg de pression!



    eh oui, il y en a bien 9! mauvaise langue!





    Place à la réalisation du plancher de soute qui possédera deux "rails latéraux" permettant le futur guidage des charges parachutées...

    Mise en peinture du plancher

    L'aile une fois sèche, elle est libérée de ses charges.

    Le Clark Y est beau.



    On peut maintenant retourner l'avion pour terminer, après ultime vérification, l'ensemble de l'installation radio.

    Le tout viendra se poser sur la sous face du plancher de soute qui reste à mettre en place.

    On ne peut pas dire qu'il manque de la place.

    Fermeture de la soute radio. Tout est au vert.

    Ouverture de la trappe latérale "cargo" qui donne accès au poste de pilotage via le petit escalier? C'est par ici que seront chargées les batteries de propulsion.

    La vue à l'intérieur de la soute laisse présager quelques bonnes images à faire lors des largages en vol...!

    accès au poste....

    Hum, ça sent bon.....


    L'entoilage de l'extrados du tronçon central peut commencer. Tissus de verre 35g et résine epoxy.




    L'avion est ensuite retourné pour le mise place définitive des nacelles GMP

    Attention à bien respecter les alignements. Une trappe est ouverte pour intégrer le controleur dans chaque nacelle.

    Essais et syncro des controleurs... OK

    L'avion prend soudain vie dès que les hélices s'animent!
    Notez l'éclairage de soute cargo.

    ./.

    ./.

    La bête est vraiment imposante par terre!

    retour sur le chantier....

    Quelques salissures sont ajoutées dessous notament pour camoufler les charnières de trappes de soute.



    Il est temps de passer aux karmans de jonction aile/fuseau

    Des petits morceaux de mousse sont découpés au gabarit pour combler cet espace.

    Collés bout à bouts et poncés, il seront parfaits!

    Pour l'avant, un simple masticage avant finition des arrondis au ponçage.

    Pour l'arrière, quelques pièces supplémentaires sur mesure sont réalisées.

    Ponçage de l'ensemble et marouflage au tissus de verre epoxy

    ./.

    Une fois peint, je craque...... Il faut que je sorte cet avion dans la rue pour lui faire faire ses 1er roulages.....

    Argh!

    Je vous laisse apprécier!

    ./.

    Manque les petites rampes d'accès et la Jeep! Notez l'éclairage de soute visible en plein jour!

    Là, j'y suis...... Je fond. Je ne reviens pas du réalisme de cette machine.... Et la déco n'en est qu'à ses débuts!

    ./.









    Cette vue est réalisée via l'accès de l'issus de secours du poste de pilotage..... si si!


    A suivre la réalisation des tronçons d'aile....

    Elle seront faite en noyaux de mousse extrudé découpé au fil chaud numérique. Philippe (l'autre) est sur le délicat chantier de notre système "JEDICUT" qui était à l'abandon depuis trop longtemps.

    Philippe est à fond sur la transformation de notre table à découper mais le chantier est en avance donc... pas d'autre solution que de tailler les noyaux à l'ancienne.



    On reviendra plus tard sur ce fabuleux outils qui fonctionne à merveille à ce jour.



    Pour découper "à l'ancienne", il faut préparer les gabarits de profils d'emplanture et marginal. Ils seront gradué pour permettre une avancée régulière du fil chaud à chaque extrémité.

    L'avantage du ClarkY, c'est l'intrados plat.... pas besoin de découpe d'intrados. Notez les masses de calage sur le chantier.

    L'aile droite sort en 1er. Le résultat est très acceptable.

    Le découpage des 2 ailes est un jeu d'enfant grâce à JD, mon partenaire de toujours avec qui on a déjà réalisé quelques découpes ensemble.... jadis!


    Les bords de fuite sont découpés et taillés dans un BF balsa.

    Idem pour les bords d'attaque ainsi que les saumons. On est dans le traditionnel là.

    Le profil est parfait. Reste le plus délicat de ce chantier: poser et caler les clés d'ailes avec leurs tubes guide en respectant parfaitement l'alignement et les deux dièdres très faiblement positifs.

    Pour ce faire, il faut en premier lieu trouver l'angle avec un calage hadoc

    La nervure d'emplanture ayant servi à la découpe va servir d'emplanture sur l'une des deux ailes. Il faudra en réaliser une autre.

    Les positions de deux clés d'aile sont tracées ( ainsi que la position des ailerons et du phare d'approche)

    Une fois les emplacements découpés dans les noyaux, les deux ailes sont posées face à face avec le même angle de dièdre. Les clés d'aile devront alors sortir parfaitement horizontalement de chaque fourreau.


    Ce travail se fait au niveau. Aucune imperfection ne sera tolérée.

    A la fois en sortie de foureau,



    mais également en extrémité des 2 clés principales en carbone de 15*3 verticales.

    Cette position sera solidarisée dans les noyaux au moyen d'epoxy à deux composants.

    Une fois solidaires, les deux ailes sont enfichées dans le tronçon central pour l'alignement des deux clés de centrage. (rond carbone 8mm)

    Le centrage sera obtenu grâce à un calage fait de petits morceaux des dépouilles de découpe calés sous pression sur deux tréteaux avec des masses de 5 kg.

    Les fourreaux de clés de calage sont alors collés à l'epoxy.

    Voilà l'engin en croix dans sont encombrement définitif. Le calage est parfait.

    Il faut maintenant ajouter les nervure d'emplanture en CTP qui seront collées à l'epoxy et ajustées.

    Les saignées de clés sont comblées au moyen de bandes de dépron.

    Idem pour les différentes saignées électriques ( servos d'ailerons, phares, feux de nav)

    Une petite modif est apportée aux contrôleurs. En effet, après quelques essais en statique, il s'avère que leur montée en température est un peu trop rapide sous 60a dans le faible encombrement des nacelles.


    Ils sont ressortis sous les nacelles pour être placés dans le flux d'air frais.

    Une fois l'avion remis à l'endroit, cette entorse est quasiment invisible.


    on touche au but!

    Le marouflage des ailes commence par l'extrados en tissus de verre 25g/m2


    Puis l'intrados en n'oubliant pas les renforts de clés d'aile.

    Vient ensuite la pose des servos et la découpe des ailerons.... Tout ça est très conventionnel...

    Et mise en peinture finale des ailes.

    Ca y est..... Il est fini.


    Tout les tests sont faits. Test de résistance des moteurs à plein régime. Test des commandes de vol, centrage ect....

    C'est le jour J.


    D'abord, un grand merci à Greg pour le prêt de sa voiture pour ce 1er vol. Il ne rentre pas dans le mienne!... lol

    Bon d'accord.... Le coffre restera ouvert!

    Ensuite, assemblage final et ultimes tests de l'ensemble des fonctions. Franchement, je ne crane pas là!











    Tous les copains sont là pour immortaliser ce vol. Les vidéos et photos en vol sont de Philippe (l'autre) et de Batiste...


    La météo n'est pas terrible. Notre agent météo de Fécamp (René) nous annonce une dégradation qui se présente à l'ouest du terrain pour l'heure qui arrive.

    En plus, le vent est plein travers et oscille avec parfois une petite composante arrière pas très agréable...

    Mais bon, faut y aller!

    A la mise de gaz, l'avion est littéralement aspiré. Il monte aux arbres sans se soucier de ses 8 petits kg.... Je m'y attendais un peu mais c'est une vraie plume!

    En vol, le réalisme est saisissant.

    Le bruit est magique. Très feutré, à peine perceptible. On est loin de nos jets hurlant tout leurs watts par la tuyère....

    Il est calme et serein.

    Mais quel bonheur....

    Le ciel est chargé mais la météo est pour l'instant stable.

    Les passages bas sont juste splendides.







    Il va être temps de rentrer.....

    Approche douce. L'avion allonge vraiment terriblement. (T'avais qu'à mettre des volets) qui disait l'autre!

    Aller, c'est fini, un kiss-landing et on rentre à la maison.


    La vidéo du 1er vol



    Puis celle du 1er test de largage



    A suivre, la construction du célèbre Nord 2501 Noratlas de la SNCAN

    Bons Vols à tous Phil


    A suivre, l'ensemble des séquences de largage de paras, jeeps et autre fret. Après tout, c'est son boulot....


  2. #2
    Membre Sénior Avatar de manager56
    Inscrit
    juin 2009
    Messages
    3 840
    Merci / J'aime
    Téléchargement
    0
    Cité(e)
    21 Post(s)
    Badgé(e)
    0 Sujet(s)
    Bonjour,

    Mes félicitations pour cette réalisation, personnellement je n'aime pas travailler le Depron, mais je vois que tu maitrises parfaitement cette matière.
    Ton suivi de la construction jusqu'aux premiers vols est de tout premier ordre, c'est aussi du travail.

    Mille bravos, c'est un vrai plaisir de parcourir ton message.

    Bons vols à toi.
    Cordialement.

  3. #3
    Nouveau membre Avatar de philkaloula
    Inscrit
    octobre 2010
    Messages
    49
    Merci / J'aime
    Téléchargement
    0
    Cité(e)
    0 Post(s)
    Badgé(e)
    0 Sujet(s)
    Merci Manager56.
    Ça fait plaisir de partager.
    Phil

  4. #4
    Membre Sénior Avatar de coolapic
    Inscrit
    novembre 2005
    Localisation
    bordelais
    Messages
    1 625
    Merci / J'aime
    Téléchargement
    0
    Cité(e)
    9 Post(s)
    Badgé(e)
    0 Sujet(s)
    merci pour le partage de cette jolie construction en depron. comme manager 56 je maitrise mieux le bois , mais je garde en tête les explications que tu donnes car c'est peut être la matière qui sera plus disponible demain !
    Dans tous les cas félicitations.
    aucun n'est resté en l'air !

  5. #5
    Nouveau membre Avatar de philkaloula
    Inscrit
    octobre 2010
    Messages
    49
    Merci / J'aime
    Téléchargement
    0
    Cité(e)
    0 Post(s)
    Badgé(e)
    0 Sujet(s)
    Citation Envoyé par coolapic Voir le message
    comme manager 56 je maitrise mieux le bois , .
    Mais oui, on disait tous cela. Cela ne veux pas dire que j'ai abandonné la construction "tout bois". Mais franchement, le dépron est pratique, disponible partout, pas cher et rapidement travaillé. Sans parlé du poids où là, il n'a pas de concurrent.
    Je pense que le dépron est plus accessible aux jeunes constructeurs. C'est pour cela que j'en explore tout le potentiel, et franchement.... je me régale!
    Phil

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Sujets similaires

  1. Concorde Version construction simplifiée débutant dépron 9mm
    Par philkaloula dans le forum Aéro / Avions
    Réponses: 0
    Msg: 15/10/2021, 13h37
  2. 1er Test de construction simplifiée Jet Dépron 9mm
    Par philkaloula dans le forum Aéro / Avions
    Réponses: 7
    Msg: 12/10/2021, 20h31
  3. [Construction] Mon trainer dépron perso : LE SPATZ !!
    Par Philou57 dans le forum Aéro / Construction
    Réponses: 265
    Msg: 29/08/2017, 16h02
  4. Construction aile Depdart Dépron
    Par acoduittt dans le forum Aéro / Ailes volantes
    Réponses: 8
    Msg: 15/01/2014, 15h59
  5. Construction F8F Bearcat dépron
    Par eric74 dans le forum Aéro / Construction
    Réponses: 100
    Msg: 06/10/2009, 19h40

Tags pour ce sujet

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé