PDA

Afficher la version complète : paramoteur



calu
23/04/2016, 19h54
bonsoir je souhaiterai réaliser un paramoteur genre modele du sky surfer de chez graupner, mais voilà je ne sais pas quoi acheter comme voile peu t'on me renseigner svp. cdlt.

F1FNW
24/04/2016, 12h32
Salut,

Il te sera très difficile de fabriquer (je cherche pas à te décourager, mais j’essaie d'être réaliste) une voile type "Skysurfer" il y a des nervures en "Dépron ou genre" du film plastique, un raidisseur des suspentes dont la longueur n'est pas due au hasard etc...

A mon avis, il vaut mieux se procurer une voile déjà opérationnelle, mais faut un budget conséquent.

Tu as OPALE Paramodèle ou d'autres, mais budget > 300/350€

La meilleure solution est de trouver un Skysurfer en occasion (le bon coin ou autres).

Ou une autre solution un Clone du Skysufer le "GOLD ROSITA PARAMOTOR".

Il y a aussi un paramoteur (voile + chariot) chez HOBBYKING, mais les avis que tu pourra lire sur lui seront selon le cas bon ou mauvais, certians l'on fait voler d'autres pas, il faut modifier etc...

Tu peux aussi tout réinventer, mais alors là... regarde un forum spécial paramoteur RC ou parapente RC.

John810
25/04/2016, 10h28
Après il y a toujours la possibilité de se tourner sur le marché occasion ! ;) Une voile Opale tu trouveras pas mieux je pense si tu veux vraiment que ton para ait un comportement de para, justement ! ;) Les voiles du Gold Rosita ou du Skysurfer ne ressemblent vraiment à rien, quand à Hobbyking tu en as pour ce que tu paies, c'est à dire pas grand chose! ;) Pour le DIY, tu peux utiliser du tissu Skytex.

JeanPaul
25/04/2016, 16h26
Tout à fait les gars, je suis moi même débutant dans la discipline mais ancien parapentiste réel.

Pour reprendre l'idée à notre ami, j'ai commencé par une voile d'occasion Mistral d' Opale en 1.2 qui d'après son premier proprio lui a fait ses débuts, mais pour moi impossible à mettre en l'air en para moteur car mauvaise gestuelle de lancement.

Du coup je me suis fendu d'une voile Opale neuve, l'hybrid, et depuis je vole presque tous les soirs avec.

Je fais partie de deux forums du genre, celui d'opale, et celui de paramoteur.com, les deux sont bien et complémentaires, de faits j'ai pu me construire mes nacelles para moteur qu'il n'est pas bien compliqué à construire si l'on suit bien les règles qui les régissent, mais quand à la construction intégrale d'une aile, je ne m'y risque pas car c'est un sacré travail de coutures machine, qui s'il est mal fait l'aile ne volera jamais.

Sur nos forums on a des gars veulent faire des économies et tout faire eux même sans en avoir appris la technologie, je dit de suite casse gueule.

Comme te l'on dit les collègues, commence par acheter une petite voile pas chère telle la Power 1.1 d'opale, c'est une voile mixte indoor et outdoor, munis d'une nacelle para moteur c'est un excellent modèle de début, elle coûte 229 € elle est complète avec son suspentage appelé bridage et ses deux élévateurs de couleur.

Quand à la nacelle moteur, c'est une histoire de débrouillardise, car il est tellement facile de les construire.

j'en ai fait trois à ce jour, une première en alu qui s'est toute tordue consécutivement à mes atteros violents du début j'en ai construit une seconde en acier qui ressemble à une brique creuse mais indestructible, je suis ancien serrurier lol, puis pour la petite voile Mistral, un sabot de vol libre en contre plaqué de 10 que je vais équiper d'un moteur, pour enfin pouvoir la faire voler.

Au debut de tout ça, il faut apprendre à les gonfler suivant un mode pendulaire face au vent léger.

Quand on a fait ses premiers gonflages et premiers vols, on ne comprends pas comment on a mal fait si longtemps pour comprendre les polaires de vols tellement c'est facile.

Si tu veux , Je serais ton mentor pour t'apprendre tous les rudiments et comment faire quand même des économies.?

https://youtu.be/e5IFk5KIvnE et la suite ci dessous.

https://youtu.be/kFR-GzKKh8I

Un de mes vols de la semaine passée sous Hybrid d' Opale

JeanPaul
27/04/2016, 21h32
Les vols de cet après midi :

https://youtu.be/Qd8h01mMjjw


https://youtu.be/Qd8h01mMjjw

JeanPaul
28/04/2016, 07h34
https://youtu.be/lOvsXZX1tYE


https://youtu.be/lOvsXZX1tYE

JeanPaul
28/04/2016, 09h33
La suite :

https://youtu.be/EROQN7yPdcI


https://youtu.be/EROQN7yPdcI

JeanPaul
05/08/2016, 21h56
Ma première vidéo para moteur avec ma nouvelle caméra SJ CAM 4000 wi fi.

https://youtu.be/kk-mWcQ52i4


https://youtu.be/kk-mWcQ52i4

JeanPaul
12/08/2016, 18h36
Pas de bol, Mercredi par vent fort du nord, je perds mon aile et ma nacelle en forets montagneuse, une recherche d'une après midi pour rien, coup de bol un collègue vends le même matériel pour une bouchée de pain , J'ai sauté sur l'occasion, je revolerais donc sous hybrid 1-8

pegase77
18/08/2016, 10h29
C'est pas de chance
mais qui sait, cela fera peut être un heureux

JeanPaul
21/08/2016, 22h24
La montagne ou je l'ai perdu est une véritable jungle, accès difficile en pente abrupte, une ravine difficile d’accès, tout au plus un agri du coin venu faire des coupes forestières.

JeanPaul
22/01/2017, 12h00
Deal original par l'échange d'une voile Mistral 1-2, par une voile spiral 3-2.

L'autre jour , coup de fil d'un amateur voulant faire un échange, ma première voile Opale Mistral 1-2 que je n'aie jamais réussie à mettre en l'air, contre une voile Opale Spiral 3-2, que cet amateur lui aussi n'a jamais pu mettre en l'air prétextant sa petite taille.

La spiral 3-2 est une très grande voile de 3900 d'envergure, et de 3,200 M2 de surface. Son emport possible sous aile est d'un maximum de 10 kg sous 35 km/h de vent.

Bien sur sa valeur marchande dépasse celle de la Mistral.

Qu'importe cet amateur en a vraiment ras le bol de sa voile, et veux cet échange.

Choses dites choses faites, envois croisés de chacune de nos ailes, donc juste les ports postaux à payer pour moi 8,50 € pas cher pour une voile en valant 300 €.

La voile est de toute beauté dans sa livrée d'origine Bleue et blanc avec des rayures rouge en avant du BA.

Le jeu va consister à aménager la sellette prévue pour la Mistral, ça sera donc un strike à trois roues, la sellette d'origine en contre plaqué de 10 mm sera aménagée avec un train bicycle arrière et une roue avant fixe, Une soute à lests plus conséquente vu que je puis charger jusqu'à 10 kg, donc un rajout sous le sabot actuel.

La fabrication d'un arceau de protection de l'hélice, en remplacement de l'ancien.

Les roues arrières de 120 de diamètre la roue avant de 90, cela est rendu nécessaire pour des décollages sur terrain herbeux tondu.

Un moteur de 900 watts au moins brassant une hélice de 30 cm.

L'engin doit donc prendre son envol à partir du sol par ses propres moyens.

https://youtu.be/-tDnO8-dAnE


https://youtu.be/-tDnO8-dAnE

JeanPaul
27/01/2017, 19h15
http://img15.hostingpics.net/pics/347487001.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/435271002.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/590167003.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/143397004.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/713300005.jpg

La sangle permet de fixer solidement les lests amovibles, et pour bien voler, cette aile devra faire au moins 5 kg, des lests fixés sous le sabot, assureront ce poids nécéssaire.

http://img15.hostingpics.net/pics/717371006.jpg

JeanPaul
28/01/2017, 15h55
https://youtu.be/EvBtbiJQl28


https://youtu.be/EvBtbiJQl28

JeanPaul
02/02/2017, 10h32
Puis fabrication d'un arceau de protection, support harnais de voile.

http://img11.hostingpics.net/pics/203806002.jpg (http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=203806002.jpg)

JeanPaul
17/02/2017, 18h36
https://youtu.be/vYvFnjTuZpA


https://youtu.be/vYvFnjTuZpA

JeanPaul
21/02/2017, 19h37
Les commandes étant similaires au funcub, j'ai donc fait mes réglages de base avec ce modèle, mais Stephane m'incrémentera un nouveau poste avec le nom de la voile.

Tout fonctionne bien : Les gaz avec coupure du manche, les freins couplés avec la direction, les servos des accélérateurs montés sur Y , et tout fonctionne bien.

Premiers essais s'il fait beau Jeudi après midi après réglages, et premiers vols.

JeanPaul
22/02/2017, 19h09
Ni photos ni vidéos, caméra en bandeau de tète, pas pensé à déclencher dans les feux de l'action.


Premiers vols aujourd'hui sur mon spot de Ménulles, conditions au sol 10 de vent mais plus haut ça devait tourner autours des 15.

Premiers essais au roulages sur herbe rase, l'aile est déjà en corolle gonflée par le vent de pente, à la mise des gaz la nacelle se couche sur l'arrière, en faits j'ai complètement oublié qu'il fallait lui donner une impulsion de départ en se plaçant derrière.

Après deux trois essais infructueux, j'ai fait des lancés main.

Le strike chargé faisait 3170, avec son aile en PTV 4140 gr.

Au premier lancé main, le poids à bout de bras n'est pas prohibitif, je n'aie pas les problèmes de José B, il faut se placer pile dans l'axe du vent, plein badin au moteur, 900 W hélice 13x4 fibres pour électrique APC.

Après l'accompagnement, la nacelle trop poussée par le moteur cabrais un max, donc ça part en live pendulaire à 4/5 mètres de hauteur, virage à gauche sous le vent, elle à du grimper à 5/6 m toujours en yoyo pendulaire qui s'est terminé par un demi looping, j'ai coupé les gaz, la nacelle a faillis tomber dans la voile, et badaboum au sol en rebondissant.

Donc second lancé main meilleur mais toujours cet effet de yoyo, et rapidement demi looping donc je coupe les gaz, la nacelle retombe tends les suspentes, la voile se regonfle et chute finale dans un champ à 50 mètres de moi.

Premières constatations, peut être les points d'accroches trop en avant, en les plaçant plus en arrière nacelle moins cabreuse.

Les freins sont réglés au pif, j'ai pas vu les repères sur les suspentes.

Ah au premier vol sans tirer les A, au second vol A tirés au max, j'ai eue l’impression que tout s'améliorais.

De ces deux mini crashs, le train tordu en avant, en faits j'ai l’impression que ça sera un souffre douleurs, et le bas de l'arceau enfoncé sans gêner la rotation de l'hélice.

Pour moi ce ne sont que des réglages, donc pas de quoi s’alarmer, l'aile vole c'est une certitude, rien à voir avec la Mistral foireuse vendue d’occase par le certain Julien.

Le strike n'est pas le modèle d' Opale donc pas les mêmes réactions, tout ça s'affinera au fur et à mesure des vols.

J'aimerais pour les prochains faire ça par vent nul comme mardi dernier, mais j’étais pas encore prêt.

Ca reste néanmoins une aile physique, rien à voir avec l' Hybrid 1-8.

Puis je suis passé sur l'hybrid à qui j'avais fait des modifs d'accrochage des élévateurs simplifiés comme les back pack d' Opale, en supprimant les biellettes et les émerillons, de ce faits aile descendue de 35 mm, ce qui m'a obligé à diminuer la longueur des freins d'autant.

Et c'est la que les réglages ont leur importance, au lancé mains, pas moyens de la faire monter : Remède détendre les freins de 2 cm, et au lancé elle est partie comme d'habitude.

Vu le vent fort, pourtant chargée à 2700 gr dur dur pour remonter au vent, alors des wagas et autres zérotages au ras du sol, et comme j'ai déjà perdue une hybrid par ces conditions, je n'aie pas cherché à faire le zouave, j'ai tourné autours de moi durant 10 bonnes minutes au contrôles sérrés, j'adore.

J'avais la caméra en bandeau, dans les feux de l'action je n'aie pas pensé à la déclencher, donc pas de vidéos. Ce n'est que partie remise.

Concernant les gonflages de la spiral, ça m'a fait plaisir de constater que je n'avais pas une charrue de labours comme la Mistral, ce ne sont que des réglages de base.

http://parapenterc.com/forum/Themes/bellacitta1/images/icons/modify_inline.gif

JeanPaul
07/03/2017, 15h09
C'est assez étonnant, ce post est beaucoup lu, plus de 2500 lectures, mais peut de réponses, je me fait des monologues, En faits peu de pratiquant en parapente et para moteur, et c'est bien dommages car un para moteur, ça vole tout seul, une fois bien comprise la phase de décollages, une fois en l'air, peut de risques de décrochages.

En faits ce que je dit est faux, mais il faut expliquer les processus de vols des voiles parapentes.
Déjà, je suis ancien pilote de parapente grandeur, c'est une capsulite rétractile à l’épaule gauche qui m'a fait arrêter la discipline.

De faits l’accessit au parapente et au para moteur, est un dérivatif.

Un parapente vole, il décolle généralement sur un sommet, pour profiter des vents et des ascendances thermiques, c'est dire qu'aux décollages il grimpe, il n'est en aucun cas a un parachute.

Cette discipline est alors appliquée aux modèles réduits radio commandés.

On pratique le para moteur quand on est éloigné d'une pente par exemple en plaine, on va alors profiter de la poussée d'une hélice pour gravir en altitude.

Généralement en l'air et suivant les saisons et l'ensoleillement, les ascendances thermiques se déclenche, nous permettant de gagner de l'altitude. C'est tout aussi valable en grandeur qu'en modèles réduits.

Un parapente est une voile en tissu qui se gonfle sous l'action de l'air, en grandeur elles sont généralement double peaux, en modèles réduits la tendance va au simple peau.

Une voile de parapente est une aile, qui gonflée conserve un profil, et tout comme les avions , c'est son extrados qui l'aspire vers le haut, par le truchement des filets d'air sur son bord d'attaque et son profil jusqu'au bord de fuite.

Les para pente et para moteurs volent parce qu'on les charge en poids contrairement aux avions, plus sa surface alaire est grande plus il faudra charger sa nacelle, certaines ailes de 5 mètres d'envergure demandent plus de 10 kg de charge, plus l'aile est chargée, plus constant sera son profil tendu par son suspentage, plus grande sera sa pénétration dans le vent, et à l'inverse plus l'aile est petite plus légère sera t'elle.

Mais il faut dans tous les cas conserver certaines charges, il en va du bon profil des ailes.

Une voile se commande par ses volets d'intrados qu'on appelle les freins, ils débattent du profil du bord de fuite à plats et en descendant, ils font office de freins et d'aéro freins, ce sont à proprement parler des volets d'intrados limite volets de courbure.

En freinant progressivement à droite on tourne à droite, et pareils pour la gauche, et en actionnant doucement les deux freins à la fois on freine la vitesse de l'aile, allant jusque la au décrochage des filets d'air sur son extrados, il y a alors perte de portance et chute.

Ca se traduit par des mise en torche, fermetures asymétriques, et fermetures frontales.

En para grandeur les ailes sont conçues pour se rouvrir dans les 5 secondes, en faits si on est haut, 1700 mètres lors d'une fermeture on chute d'une trentaine de mètres avant la ré ouverture complète, ce qui veux dire que si l'on est à 30 mètres sol, on s’éclate au sol. Et certainement pas de rire.

En modèles ca se traduit par la destruction des nacelles et para motrices.

Donc si on ne fait pas le fou avec son aile on vieillira tranquillement , si non c'est l'hosto ou la morgue, et pour nos modèles, la voile ne craint rien, c'est la nacelle qu'il faudra réparer.

Mais tout comme en grandeur on fait des figures d’acrobatie, en modèle c'est à l'identique, on jouera alors sur la puissance moteur et les freins pour faire exécuter à l'aile des figures bien précises.

Pour moi Papy, que ce soit en grandeur ou en modèles je tient à ma santé et à mes ailes, je reste dans les possibilités de vols de mes ailes.

Je possède une voile dite HYBRID mono peau 1-8 étant sa surface alaire, et une spiral 3-2 double peau pour laquelle je refait sa nacelle para moteur.

Nos nacelles sont constituées diversement, suivant le genre : parapente ou para moteur en tous matériaux possibles, il y a donc des fabrications industrielles et d'autres d'amateurs.

Sur une nacelle para moteur il y aura un moteur propulsif électrique, et deux servos dont les bras sont rallongés pour actionner les freins comme le ferait un pilote grandeur.

Sur certaines ailes on monte deux petits servos pour actionner les suspentes dites A, celles de devant , qui modifient le bord d’attaque de l'aile la rendant pénétrante, ce sont les accélérateurs ou speedbar, on a ça en grandeur dans la forme d'une barre actionnée par nos jambes. cette barre est reliée de chaque coté du pilote aux suspentes démultipliées des accélérateurs qui font descendre le bord d('attaque indépendamment du reste de l'aile.

Une aile vole généralement à 35 km / h, en l'accélérant on peut atteindre les 45 km/h mais avec un taux de chute plus important, en faits on modifie artificiellement l'incidence de l'aile. On s'en sert en grandeur pour descendre plus vite lors de la formation des cumulo nimbus congestus signe d'orages violents, on s'en sert en parallèle avec les oreilles petites et grandes, c'est à dire les fermetures partielles des extrémités de la voile, que l'on ne fait pas en modèles car ça ne sert à rien.

L'important dans ces cas la est de se poser le plus rapidement possible, pour ne pas être aspiré dans l'orage et y laisser notre vie par congélation et manque d'oxygène dues aux hautes altitudes atteintes, il n'est pas rare que des parapentistes soient morts autours des 8000 mètres, par les monstrueuses ascendances crées par les phénomènes météorologique.

JeanPaul
08/03/2017, 13h18
Pfuitttttttttt 1843 lectures du sujet, j'en suis sur les miches, 100 lecteurs sur 24 h, preuve que le sujet vous intéresse ? Ce dont je vous remercie.

Comme je l'ai dit c'est un accident qui m'a fait arrêté le parapente.

Mais je vous raconte par le menu mon aventure dans ce sport.

Je commence par apprendre à voler en 1999, après une séparation divorce avec mon ex au bout de 30 ans de vie commune, avec la société bug'air parapente de Serge Rome, et Thierry Loisy, un stage d'une semaine à PORT à coté de Nantua (je suis Lyonnais et me farcit tous les jours les allers retours)

En faits j'avais déjà vu des parapentistes au Salève lors de randonnées avec mon ex, donc l'occasion en dérivatif du modélisme, mais tout à la fois la trouille collée dans mon ventre.

Il m'a fallut attendre d'avoir 60 vols à mon actif pour ne plus avoir presque peur aux décollages.

Quand j'arrivais sur les déco's, vue la configuration des lieux je me suis souvent demandé ce que je foutais ici la trouille au bide, mais tout à la fois la grande technicité de ce sport me fascinait.

De faits je me lance dans les compétitions de vols à skis organisés par la revue : Parapente mag, et ce durant 4 ans, avec les cakes du moment, Béraud, Delorme, Sprungli, et bien d'autres.

Qu'est ce que j'ai pu bouffer de la neige les deux premières années, comme si c’était facile de voler en parapente, mais en plus avec des skis, faut être complètement malade pour faire ces sports ? Mais je bossait encore avant ma retraite prochaine,et comme j'avais été vraiment malade durant 20 ans, je voulais revivre, et intensément .

Les deux années suivantes avec les conseils de Patrick Béraud, j'appris enfin à décoller sans m’éclater en bas de pente, la tète la première dans la poudreuse.

Puis la retraite arrivant, et le pognon diminuant, j'ai du arrêter les vols à skis, mais pas le parapente, car dans nos campagnes il y a aussi des mordus et des clubs, je fis partie du club de Laliouffe de Ponchara sur Turdine, 69, nos spots de décos, des sommets herbeux hauts de 70 m mais propices aux ascendances.

C'est simple un vol d'un de ces sites c'était cinq minutes de vol pour les temps les plus courts lol, mais un décollage, un vol, et un atterrissage. l'ensemble même court est toujours très formateur, surtout la remontée à pieds sac au dos de 20 kg, pas mort de rire.0 J'en ai bavé mais je tenais la forme, plus maintenant, car je tient les formes lol 102 kg.

En faits une capsulite rétractile à l'épaule gauche m'a fait abandonner le parapente.

frm888
09/03/2017, 17h25
En fait, on vient voir ton post pour comprendre pourquoi il est dans vol libre ...
Ici c'est le vol libre modèle réduit, c'est à dire les modèles qui volent mais qui ne sont pas pilotés, qui n'ont pas de système de radio commande.
Ton post devrait être dans "autres modèles".

@+
François

JeanPaul
09/03/2017, 18h36
daccord, désolé, mort de rire, je me suis gouré de post, ça serait bien que les modo me transfèrent cet ensemble sur AUTRES comme tu dit ?