Connexion S'enregistrer

Connexion

Votre Pseudo et mot de passe associé

L’Extra 330 SC de Graupner

le . Publié dans Aéromodélisme. Affichages : 15078

IMG_4069

Nouveauté 2011 de chez Graupner, l’Extra 330 SC est une semi maquette de voltige en mousse type SOLIDPOR destinée à de la voltige loisir. Il est prévu pour être équipé d’un moteur électrique type brushless d’environ 350w et d’une batterie LiPo 3S1C de 2200mAh 30c. De par sa vivacité, ce modèle est destiné à des modélistes maîtrisant déjà bien le pilotage 3 axes et les figures de voltige de base.

IMG_4060

 Caractéristiques :

Envergure : 1,2 m
Longueur fuselage : 1,08 m
Poids annoncé en ordre de vol : 1,25 Kg
Surface totale : 31,2 dm²
Surface du stabilisateur : 5,8 dm²
Surface des ailes : 25,4 dm²
Profil du stabilisateur : NACA 0010
Profil de l’aile : NACA 0015
Charge alaire : 40 g/dm²
Moteur : Brushless 11,1v 350w 1100Kv (Compact 460Z)
Variateur : type brushless 40A mini en constant avec Bec
Batterie : LiPo 3S1P 2200mAh 30c
Servos : Type 11gr (DES 476 BB)
Hélice : E-Prop 12x6

 

La boite :

IMG_2569

Il est livré dans une grande boite en carton de plus d’1,2 m de long et illustré de belles photos en couleur. Ouvrons-la ! Surprise, toutes les pièces en mousse blanche sont emballées dans du papier recyclé. Soyons écolo jusqu’au bout… Fini les blocs de mousse comme pour l’Elektro Junior S ! On y trouve également un sachet d’accessoires en plastique blanc moulé, une clé d’aile en tube de carbone, le train d’atterrissage en acier 3 mm déjà mis en forme, 3 notices dont une en français, une immense planche d’autocollants donnant le choix entre 2 décorations, un cockpit fumé déjà découpé, le cône de précision en aluminium, une hélice dernière génération E-Prop 12x6 et enfin un moteur Graupner 460Z 11,1v tournant à 1100 tours par volt. 

 IMG_2570

IMG_2571

IMG_2572

Les pièces sont d’une grande qualité de finition. La surface du fuselage et de l’aile en SOLIDPOR est parfaitement lisse et presque brillante. Les quelques ergots d’injection sont à peine visibles. Le train est équipé de vraies roues tout en restant légères. Le montage s’annonce bien !

 

Le montage :

Il faudra compter 3 longues soirées sans se presser dont une pour la découpe et la pose des autocollants. Le rouge n’étant pas une couleur aussi visible en l’air que le blanc ou le jaune et n’ayant pas de peinture en bombe sous la main, j’ai décidé d’abandonner la déco LEKI.

Ce qu’il faudra prévoir avant d’attaquer le montage :

  • un cutter avec des lames neuves
  • de la colle Cyanoacrylate classique mais pas trop liquide (Médium)
  • de l’accélérateur pour la Cyano
  • 2 rallonges de servos de 18cm et 2 de 50cm

 

Je ne décrirai pas ici le montage de cet avion car la notice est assez bien faite quoique perfectible.

Je me contenterai de vous indiquer quelques astuces et points de vigilance.

  • Etant donné la rapidité de prise de ce type de colle, toujours faire un montage à blanc avant collage. Lorsque celui-ci donne satisfaction, vaporiser un peu d’accélérateur sur une face puis mettre de la Cyano sur l’autre. La prise sera alors presque instantanée même au cœur de la matière. Attention aux doigts, ça colle très bien la peau aussi… Assurez-vous d’être dans une pièce bien aérée et évitez de laisser trainer votre nez au dessus de cette colle, pas top pour les poumons et les yeux…
  • Oubliez les colles type colle chaude (pas propre et lourde) ou colle à bois non adaptée à ce matériaux.
  • Avant d’assembler le fuselage, fixez le moteur dans son support mais surtout câblez et branchez le variateur au moteur en vous assurant du bon sens de rotation du moteur. Une fois le moteur assemblé dans le fuselage, il sera très difficile d’accéder aux prises moteur/vario. Cela fait parti des quelques petits défauts de ce modèle. Surtout, ne pas monter l’hélice pour ces tests et réglages, étant donné la puissance du moteur (350w) et la taille de l’hélice (12x6), tout démarrage intempestif serait catastrophique pour vos doigts si ce n’est le modèle.
  • Ne pas hésiter à rajouter 30gr de plomb dans les espaces vides à l’intérieur du fuselage à coté du moteur, surtout si vos servos de profondeur et de dérive font plus de 9gr chacun. On le verra par la suite mais le centrage par défaut est limite trop arrière (90mm).
  • Si les servos choisis sont de la bonne taille et rentrent légèrement en force, les immobiliser avec une pointe de Cyano de chaque coté. En cas de remplacement il sera toujours possible de les décoller en introduisant doucement une lame du Cutter. Ce système de fixation vous permettra de gagner encore quelques grammes, surtout à l’arrière.
  • Découpe de la profondeur : la notice vous propose 2 solutions pour la découpe du volet de profondeur. La première, façon maquette avec le compensateur mobile et la deuxième en laissant solidaire ce compensateur avec la partie fixe de la profondeur. J’ai retourné la question au moins 100 fois avant d’attaquer cette pièce au cutter. Mon choix s’est porté sur la version sans compensateur pour 2 raisons :
  • cet avion est aussi capable de voler vite et donc générer un flottement sur cette pièce assez souple.

IMG_4069_Prof

  • après lecture de quelques postes sur des forums, il semblerait que les charnières réalisées par une fine couche de SOLIDPOR ne soient pas si solides que ça. Pour preuve celle de la dérive qui, dès la sortie de la boite avait déjà lâché sur quelques centimètres ; rien de bien grave. Un morceau de scotch armé fera discrètement l’affaire !

IMG_4079

  • Fixation de la pièce 24 de support de train : j’ai remplacé la visse de 3 peu pratique par une BTR de 3.
  • Le train : il demande un peu d’habileté pour monter les carénages de roue. Attention à ne pas faire couler de la colle sur l’axe. Pensez à mettre un peu de graisse sur celui-ci avant d’enfiler les roues.

 

IMG_4077

  • Les autocollants : dans la notice et sur la boite, il n’y a pas de vue du dessous ni du coté droit pour la déco. J’ai été obligé de faire quelques recherches sur le net pour m’en sortir. Vous trouverez dans cet article les vues manquantes. Attention, certaines décorations ne sont pas à la bonne taille, surtout celles des saumons d’aile qu’il faudra recouper. Pas d’autocollants pour décorer le tableau de bord. J’ai trouvé celui d’un Cap 20 (voir photo) qu’il faudra imprimer à la bonne taille sur du papier photo et coller ensuite.

 Les différentes vues pour la déco:

IMG_4065

IMG_4066

IMG_4070

 

IMG_4076

IMG_4075

Les réglages avant le 1er Vol :

  • Le centrage : si vous n’avez pas rajouté de plomb dans le nez du fuselage, vous arriverez péniblement à un centrage à 90mm du bord d’attaque, ce qui le rendra très chatouilleux surtout pour un premier vol, même en avançant au maximum le pack LiPo et le vario. Un centrage à 85mm voir 80mm sera beaucoup plus confortable pour un premier vol.

IMG_4080

Le tableau de bord d'un CAP à imprimer, découper puis coller:

TableauBordAvionCap

La trappe d'accès à la batterie par le dessus, très pratique!

IMG_4074t

  • Les débattements : ceux indiqués dans la notice sont parfaits pour de la voltige débridée.
  • Ailerons : 30 mm vers le haut et le bas
  • Profondeur : 45 mm vers le haut et le bas
  • Dérive : 75 mm !
  • Expo : 40 à 50%
  • Dual Rate à 60% conditionné par un inter pour un 1er vol calme.

 

Le premier Vol :

 

IMG_4112

 

Décollage :

Le grand moment tant attendu est arrivé ! Train oblige, les terrains de foot de Bagatelle ont été choisis pour ce premier vol. Beau soleil, vent faible avec quelques rafales  à 15km/h, idéal ! Alignement du bel oiseau blanc face au vent, contrôle des débattements et surtout du sens de ceux-ci, on n’est jamais trop vigilant. Dernier essai du moteur avec mise des gaz progressive, aucune vibration, ce qui indique un moteur qui tourne bien rond et surtout une hélice parfaitement équilibrée d’origine. Dual Rate sur 60% via l’inter puis gaz à 80% : l’Extra décolle tranquillement en moins de 10 mètres. Premiers tours de terrain à une dizaine de mètres d’altitude, réduction des gaz à 50%, je lâche les manches et là, surprise, rien à retoucher aux trimes. Les réglages d’origine sont les bons. Rare !

Voltige simple :

Premières tentatives de roulis et tangages : malgré les 60% de Dual Rate et les 40% d’expo, l’avion est très vif, voir chatouilleux. Les tonneaux s’enchainent très rapidement sans barriquer, le vol dos tient avec une très faible compensation à pousser, la grande hélice de 12x6 freine bien l’oiseau dans les descentes à condition bien évidemment de ne pas programmer de frein, la dérive est efficace pour les vols tranche (mais avec une légère compensation à la profondeur), et les renversements sont une formalité pour lui. La boucle passe bien à condition de garder une certaine vitesse en haut de celle-ci, sinon, décrochage et départ en vrille ! Grosse frayeur ! Mais le centrage initial à 90mm doit avoir sa part de responsabilité. Passage plein gaz, il est capable de vitesses impressionnantes dues entre autre à la finesse de son profil, ailes comme fuselage. Ceci m’a conforté dans mon choix de découpe non maquette de la profondeur ! Pour ce type de vol non débridé, l’autonomie est de l’ordre de 8 à 10mn avec un pack de 2200 3S.

Atterrissage :

Pas vraiment une formalité ! Un certain nombre de conditions sont à remplir pour les réussir sans grignoter la belle hélice : avoir une pente de descente constante tout en gardant un filet de gaz et donc une vitesse minimum, réaliser un arrondi en douceur pour arriver tangent à la piste (avec une herbe la plus rase possible à cause des petites roues et de leurs carénages) et donc éviter les rebonds puis couper immédiatement les gaz dès que les roues touchent le sol sous peine de transformer l’hélice en 11x6 !

Ce que j’ai aimé :

  1. o   Aspect maquette avec 2 décorations possibles
  2. o   Qualité générale des éléments du fuselage et des accessoires.
  3. o   Rigidité et aspect de surface du SOLIDPOR
  4. o   Motorisation et hélice bien adapté à de la voltige de loisir
  5. o   Trappe pour la batterie très pratique.
  6. o   Prix maitrisé de l’ensemble.

Ce que j’ai moins aimé :

  1. o   Moteur et vario presque indémontable
  2. o   Faiblesse des charnières en SOLIDPOR
  3. o   Centrage d’origine limite trop arrière. Rajout de plomb presque obligatoire.
  4. o   Train trop souple.
  5. o   Manque de rigidité de la profondeur en version maquette.
  6. o   Quelques erreurs dans la taille de certains éléments de décoration.
  7. o   Pas de réglage possible du piqueur moteur.
embed video plugin powered by Union Development

Newsletter

Suivre l'activité du modélisme et des drones